Ma fille est escort sur le net

Marc était arrêté devant l’entrée de l’appartement de sa fille Aline, il est nerveux et tendu comme une corde de violon.
Il y a, probablement, un gros malentendu, mais il se ment à lui-même, comme pour se détourner de la vérité. Il se sent mal, entraîné par une colère qui couve sous un calme apparent, parce que la culpabilité de sa fille est évidente et difficile à pardonner.

Aline est excitée et attend avec impatience l’arrivée de son père qu’elle n’a plus vu depuis environ un mois. Elle a été très heureuse quand il a téléphoné pour lui annoncer sa visite.
Mais elle est aussi inquiète, parce qu’au téléphone, il semblait agité, bien que le ton de sa voix était doux et aimable, comme d’habitude.
Quand la sonnette retentit, Aline laisse tout tomber et va ouvrir la porte. Elle trouve alors, en face d’elle, un visage maussade. Aline lui sourit, le tire à elle et l’embrasse sur la joue.
Marc regarde sa fille, se forçant à sourire, malgré ses inquiétudes.

Aline est une belle jeune fille, les cheveux longs et noirs, avec un corps bien en forme et des attributs féminins de bonnes proportions. Elle porte une courte robe sur ses hanches étroites qui montre ses seins gracieux et généreux, ses hanches rondes et ses longues jambes bien fermes.
Le père juge cette robe succincte et provocante, il la regarde de haut en bas et va lui rappeler la raison de sa visite. Son visage redevint sombre et déformé par une grimace de colère. Aline fait un sourire de circonstance et l’invite à entrer.

« Allez papa, entre ! »

Elle prend son bras et le tire vers le salon.
Aline remarque le changement d’humeur sur son visage. Elle s’agite et veut comprendre la raison de ce comportement étrange, mais surtout de connaître la raison de cette visite inattendue.
Elle arbore un sourire amical, et s’assied à côté de lui sur le canapé, attendant qu’il parle en premier.

Marc fixe sa fille de la tête aux pieds et essaie de contrôler le ton de sa voix et les émotions fortes qu’il ressent.
En voyant ses habits, ça lui rappelle la raison de la visite, il bondit intérieurement de colère, et d’une voix forte crie :

« J’ai une question à te poser, Aline ! »

Aline, surprise, le regarde perplexe, attendant une explication.
Le père ajoute :

« Ou devrais-je t’appeler Luana ? »

En entendant ce prénom, le visage d’Aline devient blanc. Inquiète et soucieuse, elle se demande les raisons qui ont amené son père à prononcer ce prénom. Il sait tout ! Comment est-ce possible ? La confirmation lui vient immédiatement.

« Tu te demandes comment je connais ce prénom ? Eh bien, je vais t’expliquer !
.. Hier soir, je surfais sur Internet, quand je suis tombé sur des annonces avec des photos !
.. Il y avait tellement de photos de filles nues ! Elles sont escortes et offrent leurs performances sexuelles !
.. Puis, tout à coup, j’ai été surpris par ce que j’ai vu…, en découvrant la page de Luana, je suis presque tombé de ma chaise !
.. C’était toi ! Et tu étais complètement nue ! Au début, j’ai cru que c’était une fille qui te ressemblait !
.. Finalement, j’ai dû me rendre à l’évidence, cette fille qui se montrait dans des poses obscènes, c’était toi !
.. Une salope comme les autres, qui travaille comme prostituée, pour de l’argent ! »

Aline écoute les paroles de son père, gênée, comme frappée par une avalanche de merde. Elle est désorientée et reste immobile sur le canapé, dans un état de catalepsie totale, tandis que son cerveau semble à la recherche d’une excuse plausible à ces allégations.
Puis elle balbutie :

« S’il te plaît, papa, tu ne comprendrais pas ! »

Le père l’arrête aussitôt, l’agresse verbalement sans apaiser sa colère, qui grandit jusqu’à ce qu’elle explose comme une éruption volcanique.

« Qu’est-ce que je ne peux comprendre ? Que tu es une salope… ?
.. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi… ?
.. Je t’ai élevée de la meilleure façon possible et, maintenant, tu vends ton corps au plus offrant, tu ne peux pas nier l’évidence ! »

Elle s’effondre sur le canapé comme une poupée de chiffon sans vie. Sa tête se penche, puis elle répond, d’une voix à peine audible, presque un murmure :

« C’est vrai, papa ! »

En entendant sa fille avouer la vérité, il explose dans un accès de rage incontrôlé, se précipite comme une furie sur elle, attrape ses poignets et la force à lever la tête.
À ce moment, son esprit recherche une façon de la punir, et tout à coup, la sanction appropriée aux circonstances lui apparaît :

« Tu me déçois, tu mérites un châtiment pour ça ! »

Il s’assied à côté d’elle, tient ses poignets et l’attire sur ses genoux, il remonte sa robe et lui donne la fessée.
Le bruit sec de la gifle résonne, mélangé aux sanglots d’Aline.

< Clac, clac, clac, clac… >

« Aiiiiiiiieeee… ! S’il te plaît, papa, non, tu me fais mal !
– Tais-toi salope, tu as ce que tu mérites ! Tu n’es qu’une pute! »

Aline crie son désespoir, tandis que son père lui écorche la peau des fesses, désespérément, comme un chien enragé.
Malgré la douleur physique et la souffrance, Aline commence à penser que la peine, après tout, n’est pas différente de celle subie par certains clients qui prennent beaucoup de plaisir à prendre des coups.
Alors que son père continue le traitement, elle est surprise de constater que la douleur se transforme en plaisir, elle sent la main de son père frapper ses fesses , déjà fortement rougies, qui lui donne une agréable sensation.
Ses mamelons durcissent, accentuant son plaisir, ce qui cause des frissons et des sensations agréables qui augmentent chaque fois que la paume de sa main touche ses fesses.

Soudain, elle remarque un détail étonnant, qui fait basculer son esprit. Elle sent sa bite durcie presser contre son ventre.
Cette situation délicate la gêne maintenant.
Elle dit alors :

« Papa, comment as-tu trouvé mes annonces sur Internet ? Tu as payé ? »

Cette phrase, le frappe comme un marteau, sa main s’arrête en l’air.
Aline, en profite et se détache de son père, saute sur ses pieds et lui fait face.

« On ne trouve pas ces filles sur des sites gratuits ! Il faut être membre ! Et au moins VIP pour me voir ! Tu recherchais une fille, quand tu es tombé sur ma photo ? »

Le visage de Marc pâlit. Aline regarde la réaction de son père. Elle a raison. Il est à la recherche d’une fille.
Aline, réalisant la vérité, est excitée à l’idée que son père n’est pas différent de ses clients.

« Qu’as-tu pensé en voyant mes photos ? Papa ? Regarde-moi quand je te parle ! »

Marc est embarrassé et confus. Les rôles sont inversés maintenant.

Aline, le prend à sa poitrine, se met à genoux devant lui, se glissant comme une chatte en chaleur entre ses jambes ouvertes.
Elle pose ses mains sur ses cuisses et glisse lentement jusqu’à la queue dure de son père, qui bat sous le tissu.

« Oh, c’est beau ! Qu’est-ce que c’est ? Est-ce que c’est l’effet de mes photos ou de la fessée ? Tu as aimé ? Quel pervers !
– Aline, ma chérie, s’il te plaît, tu ne dois pas te comporter comme ça, je suis ton père !
– Mon père ? Mon père ne cherche pas des putes sur Internet ! Non, tu n’es pas mon père ! Tu es un client ! »

Marc murmura quelque chose d’incompréhensible alors qu’il tente de repousser sa fille.
Aline résiste aux pressions de son père et le regarde dans les yeux :

« Je suppose que tu vas adorer ! Tu cherches une escorte girl ? Tu en as trouvé une ! »

Après avoir prononcé ces mots, rapidement, elle saisit les bretelles de sa robe en la tireantvers le bas. Ses seins fermes et agressifs s’exhibent devant les yeux de son père, les plus beaux qu’il n’ait jamais vu.
Aline a maintenant le contrôle de la situation.
Alors, d’un geste brusque, elle saisit les mains de son père et les force à toucher ses seins, en dépit de ses protestations.

« Non, Aline, je ne peux pas !
– Comment ? Tu cherches sur Internet et que fais-tu ? Tu ne touches pas la marchandise avant d’essayer ? »

Aline lâche les mains de son père qui continuent à pétrir les seins comme des boules de pâte à pizzas, s’arrêtant de temps en temps sur les mamelons durcis.
Aline est excitée par la situation. Elle baisse les yeux sur les genoux de son père, se mord la lèvre supérieure en pensant que sous le tissu se trouve un sexe bandé. Donc, en suivant son instinct, sans hésitation, elle ouvre sa braguette :

« Aline, non pas çaaa… ! »

La voix de son père a complètement changé et les mots ne correspondent pas à ses véritables intentions. Il est excité comme un bélier prêt à saillir sa femelle.
Aline s’empare de la bite de son père et la garde en main tout desserrant la ceinture et déboutonnant son pantalon. Dans un mouvement lent, elle le descend avec les sous-vêtements sur les chevilles.

Marc est complètement choqué, mais ne peut plus résister, il est presque en transe, mais continue à malaxer les gros seins de sa fille.
La confusion est à son comble quand il voit Aline se plier et enfoncer sa bite entre ses seins. Elle attrape ses gros melons et serre le pénis.

« Nous ne pouvons pas faire ça, ma chérie, arrête, s’il te plaît ! »

Aline, ignore les paroles de son père, elle sourit et regarde son visage.
Les gros seins pressent la bite paternelle vigoureusement et parfois, la bouche d’Aline prend possession du gland comme une gâterie sucrée.

« Nous pouvons le faire papa ! Tu veux une pipe ? Tu ne veux pas voir les lèvres de ta petite fille entourer ta bite ? »

L’esprit de Marc est dans la tourmente, il pense vivre un cauchemar, il est impossible que ça soit vrai, il doit arrêter sa fille !
Il fait une dernière tentative pour la bloquer, Il pousse sa tête en arrière, essayant de l’écarter de sa queue.

« S’il te plaît, papa, je veux te prendre dans ma bouche ! Permets-moi de le faire ! »

Marc trouve presque la force de la rejeter quand la bouche d’Aline tombe et se referme autour du gland de sa queue.
Quand sa langue commence à parcourir la colonne de chair, elle réalise qu’elle le veut, elle aussi, et à ce moment, cela apparaît comme la chose la plus merveilleuse au monde.
Dans ces conditions, il est impossible de l’arrêter. Marc, finalement, se laisse aller et se détend, tandis que ses mains contrôlent cette fellation sublime.
Aline, retire la queue de sa bouche et, en souriant, lève la tête et regarde les yeux de son père :

« Ҫa va, papa ?
– Tais-toi, petite chienne, et reprends la bite de papa et suce-la ! »

Marc sourit et pousse la tête de sa fille sur sa bite gonflée.
À présent, il n’y a plus de préjugés qui le bloquent, il sent que toutes les inhibitions ont disparu. Sa fille est une prostituée. Il n’y a rien de mal à l’aider dans son travail !
Il regarde son pénis entrer et sortir de la bouche de sa fille, il est aux anges. Au diable la morale. C’est un inceste, mais c’est pour une bonne cause, car il montre ainsi à sa fille qu’il accepte le travail qu’elle a choisi. Chaque père doit être fier du travail de sa fille !

Marc apprécie vraiment les mouvements de la bouche experte. Il pense en lui-même, qu’au moins le métier de pute a du bon. Elle est attentive à chaque détail pour stimuler le pénis, y compris les boules, et elle le fait avec une grande habileté, signe d’une grande expérience dans le domaine.

« Mmm, papa, tu aimes ? Murmure Aline.
– Bien sûr, surtout quand la chienne est bonne ! »

Marc est fier d’obtenir du plaisir avec cette fellation incestueuse, alors qu’il regarde la tête noire de sa fille qui se déplace sur sa queue et en imaginant les hommes, jeunes et vieux, qu’elle a pris dans sa bouche.
Cependant, ces fantasmes sont si incroyablement réels et passionnants et il commence à ressentir les premiers stimuli.
Comme la bouche de Aline presse sa queue, l’excitation grandit, encore lorsque le premier jet annonce l’orgasme, il attrape la tête d’Aline et déplace son bassin avec frénésie dans la cavité buccale.

« Chérie, je jouis… ! »

Aline, entend ces paroles et augmente les mouvements de sa bouche.
Marc décharge sa chaude semence dans la gorge d’Aline.

Aline est heureuse parce que le sperme qui remplit sa bouche n’est pas celui d’un client habituel, mais celui de son père, et pour cette raison, il a un goût spécial et unique.
Elle avale tout jusqu’à la dernière goutte, et même après, elle continue à sucer la bite de son père qui, comme par miracle, reprend vigueur. Aline retire le sexe bandé de sa bouche et, en se relevant, regarde son père. Ils restent un instant ainsi à se regarder, des pensées inimaginables parcourent leurs esprits et Aline descend sa petite culotte blanche, révélant ainsi son intimité à son père. Marc est ébloui par ce qu’il voit et sa queue aussi qui a repris des proportions incroyables.

Aline se couche sur le sol et d’un petit geste, elle invite son papa à la rejoindre. Sans plus se faire prier, Marc s’approche et, en se penchant sur elle, il caresse son ventre plat, puis sa main descend vers le centre de toutes ses pensées. Il caresse doucement la fente imberbe, puis l’écarte délicatement et glisse un doigt pour trouver le clitoris gonflé. Aline gémit en sentant son père explorer son intimité et elle écarte ses cuisses au maximum. Marc approche sa bouche, embrasse la merveilleuse chatte et y pousse la langue à l’intérieur. Aline gémit de nouveau tout en mordillant sa lèvre supérieure.

« Oh, papa, viens, je n’en peux plus, viens, prends-moi…! »

En entendant ça, Marc remonte vers le haut du corps de sa fille en léchant son ventre, ses seins et son cou. Puis, ses yeux rencontrent ceux d’Aline. Ils se regardent, Marc se demande alors s’ils ne vont pas trop loin; une pipe à la rigueur, mais maintenant, il est prêt à la pénétrer et là, c’est autre chose. Son gland est contre l’entrée de son enfer et, tout à coup, de noires pensées traversent son esprit et il envisage de renoncer à passer la ligne rouge du tabou suprême. Mais à ce moment, Aline qui, sans doute, comprend ce qui se passe dans la tête de son père, attrape les fesses de son père et, avec vigueur, l’attire vers elle. Le gland de Marc, qui était bien positionné, entre dans le vagin interdit. En sentant la chaleur du corps de sa fille entourer son gland, Marc pousse instinctivement son bassin et pénètre complètement sa fille qui crie en le sentant s’enfoncer en elle. À ce moment, Marc oublie tout et il commence à aller et venir dans le merveilleux conduit qui serre son pénis. À chaque coup de reins, Aline gémit, crie, pleure, jamais elle n’a ressenti un tel bonheur. Marc accélère ses mouvements, son pénis sort complètement pour réinvestir de plus belle le vagin brûlant de sa fille. La situation est telle que Marc sent l’orgasme arriver à grands pas. Il approche ses lèvres de celles de sa fille et ils s’embrassent passionnément, leurs langues se croisent et se recroisent, c’est extraordinaire. Ce baiser stimule encore plus l’esprit de Marc qui jouit une nouvelle fois dans le corps de sa fille, mais cette fois, c’est son ventre qui reçoit la semence paternelle. Il donne de grands coups de reins pour se vider complètement dans ce réceptacle incroyablement bon, ce qui provoque l’orgasme d’Aline. Ils jouissent en même temps, ils nagent dans le bonheur.

Cela dure un moment, mais comme toute chose a une fin, ils doivent arrêter quand le pénis de Marc se ramollit et sort naturellement du vagin meurtri. Finalement, elle regarde son père dans les yeux, et dit d’un ton joyeux :

« Je t’aime, papa !
– Je t’aime aussi, mon enfant ! Puis il ajoute : Si ta mère savait… ! »

Depuis, Marc continue à aider sa fille. Il apprécie et vérifie les qualités qu’il a pu lire dans son profil sur Internet. Il est devenu son meilleur client et laisse de bons commentaires sur le profil de Luana.