Une mère indigne

Un matin, j’eus envie de faire plaisir à mon fils et je décidai de me promener dans la maison en petite culotte. C’était la première fois que je réalisais cela. Je préparais le dîner quand il entra dans la cuisine. Il était beau, torse nu, en caleçon. Je m’approchai de lui et je lui pris ses petites fesses musclées. Je sentis son zizi en érection sur mon ventre. Je le complimentai pour l’exciter au maximum. Au fond de moi je voulais qu’il m’attrape, m’enlève ma culotte et me fasse l’amour sur la table. J’aime que l’on abuse de moi, c’est inexplicable mais j’aime que l’on me force à faire l’amour. Et quand c’est mon fils, c’est d’autant plus excitant.

Il m’embrassa tendrement, me tenant dans ses bras. Je fis descendre ses mains sur mes fesses, il en était complètement fou, jamais il ne tiendrait ! Et bien, à ma grande surprise, il les remonta pour les glisser sous mon pull et me caresser le dos ! Je ne vous cache pas ma déception à cet instant. Avant même que je lui ordonne de m’arracher ma culotte trempée de mon jus chaud, il se proposa de servir l’apéritif. À ce moment, je souris, sachant pertinemment qu’il préparait quelque chose et j’étais pressé de savoir ce qu’il en était.

Je lui demandai de me verser un verre de liqueur libanaise que mon mari avait ramené, ça semblait assez fort. Dès la première gorgée de cette infâme mixture, j’eus la bouche en feu. Mon fils se réjouit et j’en profitai pour jouer un peu la comédie et faire semblant que j’étais bourrée, même très très joyeuse. Je pris place sur le canapé. Il vint me rejoindre. Je me reposai sur son épaule et j’en profitai pour caresser ses abdos durs. Je lui demandai ce qu’il m’avait réservé et sa réponse me bouleversa :
– Mais rien !!!!!

En effet Monsieur préféra regarder la télé plutôt que d’assouvir les envies de sa mère. Il se contenta de poser sa main sur ma cuisse alors que ma pépette mouillait de désir d’accueillir son sexe. Je pris alors l’initiative de sortir son engin de son caleçon. Il bandait très fort mais préféra s’adonner à sa télé. J’avais horriblement envie de son zizi, je voulais le sentir en moi, dans mon petit trou, j’en avais tellement envie que je l’aurais mangé. Il me vint alors l’idée de le sucer. Jusqu’à présent cette idée me rebutait mais aujourd’hui j’avais bien envie de sucer mon fils : nouvelle expérience pour moi car je ne l’avais jamais fait, même pas à mon mari. Je trouve ça formidable de sentir aller et venir un sexe dans mon cul.

Je me penchai donc vers lui et commençai par lui lécher son zizi. Cela eut un effet détonnant, il coupa la télé, me demanda ce qui me prenait. Il m’invita à continuer puisque je m’y prenais si bien. Je fis tourner ma langue autour de son gland. Il me caressait les cheveux d’une main, les fesses de l’autre. Sa main glissa à l’intérieur de ma culotte. Je sentis son pouce dans mon cul alors que deux autres de ses doigts s’engouffraient dans ma pépette. Je léchai avec délectation son sexe, qui, ces derniers mois, m’avait apporté tant de plaisirs. Je saisis sa bite bandée au maximum à deux mains pour le masturber tout en continuant à saliver sur son gland. Mon fils me demanda ensuite de le lécher à pleine bouche. Je m’exécutai de suite. J’engloutis la totalité de son sexe dans ma bouche. Finalement, je fus assez rassurée, je ne pensais pas que sucer un homme pouvait procurer autant d’excitation.

Alors que mon fils me branlait le clitoris, je m’activais sur son sexe raide. Soudain, ma bouche fut inondée d’un flot de sperme. Je tentai de me retirer mais mon fils me tint la tête pour que je garde son zizi dans ma bouche et subisse son éjaculation. Il me soupira d’avaler son foutre. Dans un coup de folie, j’ai avalé tout son sperme. Son jus était plutôt bon. Depuis j’y ai pris goût puisqu’il m’arrive assez régulièrement de le soulager dans des endroits inimaginables.

Une fois le traitement terminé, il me demanda de m’allonger sur le canapé. Il me retira ma petite culotte grise. J’écartai mes cuisses à fond pour qu’il puisse à son tour me lécher l’intimité. Il ouvrit mon vagin pour y introduire sa langue. J’ai très vite joui à mon tour. Il continua son cunnilingus tout en caressant ma pépette poilue. Je ne comprends pas pourquoi certaine femme se rase la pépette ! Une belle toison épaisse c’est tellement joli ! Ensuite mon fils se mit sur moi pour me faire partager mon jus. Nos langues se mêlèrent ensemble tandis que je sentis son zizi se frayer un chemin à l’intérieur de mon ventre. Nous avons passé toute la journée à faire l’amour et j’en garde un souvenir merveilleux. Mon fils me fait découvrir tellement de chose et en autre le bonheur au lit !!!!